LÀ QU'ON VIVE !
Appel à dons pour un nouveau bâtiment !

APPEL À DONS – LÀ QU’ON VIVE !

 

CLIQUEZ ICI POUR PARTICIPER !

 

Pourquoi ?

Nature du projet

Nous avons la conviction qu’un besoin se fait sentir, et qu’il s’étend toujours plus au sein de la population, et que c’est de là qu’il faut partir.
C’est le besoin de rapports sociaux plus denses et plus chaleureux, du « pouvoir d’agir », de la possibilité à décider de manière autonome des modalités de l’existence quotidienne. Ce besoin d’une vie plus pleine ne peut pas ne pas naître, à la longue, au sein de la société capitaliste qui mutile les existences. Cette conviction entraîne le sentiment qu’il faut construire en plein milieu de la vie sociale, et non en marge. Donc bâtir avec tous les gens, là où nous habitons avec elles et eux, en prenant soin de ne jamais s’enfermer dans un entre-soi militant étroit et qui demeure impuissant : ne pas se replier, mais s’ouvrir en offrant à chacun et chacune la possibilité de venir organiser ce qui lui chante, avec le concours des autres : du karaoké à la conférence sur le municipalisme libertaire, de l’organisation de « nuits des femmes » à un « open bar » ou bien à une réflexion collective sur la mise en place du compostage dans le quartier.

Pour aller plus loin :

Qui sommes-nous ?
Que faire ?

Comment ?

Depuis plus d’un an, nous disposons d’un local dans le centre-ville de Commercy. Notre intuition semble juste : nous comptons déjà une cinquantaine de membres actives et actifs venu.es de très divers horizons culturels et sociaux, sans compter toutes les personnes qui participent à l’occasion aux différentes activités. Mais, outre l’ennui de devoir payer la location, ce local se révélait trop étroit, et nous avons donc fait l’achat d’un immeuble. Des travaux sont maintenant nécessaires : isolation, électricité, fenêtres, toiture. Vous trouverez ici le devis.
Suite à ces travaux, nous prévoyons d’aménager une salle de réunion, de mettre en place une bibliothèque, une épicerie et cantine solidaire et autogérées avec les produits du coin, de créer un espace afin que les enfants puissent, elles et eux aussi, avoir leur place… Bref, nous ancrer dans la vie quotidienne pour toujours plus rogner sur la société telle qu’elle est, en faisant voir ce qu’elle pourrait être.

Pour nous soutenir financièrement, vous pouvez nous envoyer un chèque (écrivez-nous à laquonvive@riseup.net pour connaître l’adresse) ou bien effectuer un virement sur cette page helloasso.

À SAVOIR: puisque Là Qu’on Vive est reconnue comme étant une association d’intérêt général, les dons que vous nous faites sont déductibles de 66% de vos impôts. Par exemple, si vous donnez 100 euros, vous payerez au final 33 euros.

Nous publierons sur notre site dans la rubrique Là Qu’on Bâtisse ! des photos et des textes pour vous tenir au courant de comment les choses avancent et vous communiquer le plus fidèlement possible l’ambiance sur place 🙂

Toute aide sera évidemment la bienvenue de quelque façon qu’il soit !

Pour toute information, vous pouvez nous contacter à cette adresse mail : laquonvive@riseup.net

 


Quelques sources théoriques (éclectiques comme nous) qui nous inspirent :

Conceptualiser l’espace public oppositionnel, Alexander Neumann : « L’émergence des espaces publics oppositionnels se fait le plus souvent jour de manière imprévue, d’autant plus que ces phénomènes ne s’inscrivent pas dans les règles de l’espace politique institutionnalisé et ses calendriers. »… Voir le texte ICI

– Repenser la sphère publique , Nancy Fraser : « L’interaction discursive au sein de la sphère publique bourgeoise était plutôt régie par des protocoles de style et de décorum qui étaient eux-mêmes des corrélats et des marqueurs de 1′ inégalité sociale. Ils fonctionnaient de façon non officielle pour marginaliser les femmes et les membres des classes populaires et les empêcher de participer en tant que pairs. »… Voir le texte ICI

Une nouvelle politique communale ?, Murray Bookchin : « Avant la formation de l’Etat nation, la politique avait un sens différent de celui d’aujourd’hui. Elle signifiait la gestion des affaires publiques par la population au niveau communautaire ; des affaires publiques qui ne sont qu’ensuite devenues le domaine exclusif des politiciens et des bureaucrates. »… Voir le texte ICI

Là Qu’on Vive !